Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Information ou Communication
  • : Jean-Paul Busnel, journaliste et éditorialiste, aujourd'hui intervenant-professeur auprès de grandes écoles, notamment SciencesCom, Centrale, Audencia, EAC, et par ailleurs consultant/expert pour les entreprises, porte un oeil critique sur l'actualité
  • Contact

Citation du jour

sas_titre-1.jpg- Tout Etat libre où les grandes crises n'ont pas été prévues est à chaque orage  en danger de périr.

.

Jean-Jacques ROUSSEAU

Agenda

 

 

Archives

19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 09:22

Alex Thomson faisait un peu grise mine, samedi, au milieu des skippers du Vendée Globe lors de la journée inaugurale. Eperonné par un chalutier vendredi matin peu avant son entrée au port des Sables-d’Olonne et démâté, il espère malgré tout pouvoir prendre le départ de la course dans trois semaines. En attendant, les pontons ont été pris d’assaut par les visiteurs en quête de sensations et de souvenirs, appareil photo numérique en mains. Désormais, place aux derniers réglages et à la gestion de l’avitaillement. En attendant de faire place à l’aventure, cette « longue Route » qui, jadis, sur la route du Golden Globe Challenge, l’ancêtre du Vendée Globe, fit de Bernard Moitessier un marin de légende pour l’éternité. Mais personne n’en voudra aux navigateurs de cette sixième édition de ne pas savoir ce qu’ils doivent à celui qui, natif de Hanoï,  tira ses premiers bords dans le golfe de Siam. Sauf si, comme lui, ils cherchent la route de Tamassou au milieu des étoiles.

Le soleil, quant à lui, brillait de mille feux sur Les Sables-d’Olonne quand, samedi matin, le Président du Conseil général de la Vendée, Philippe de Villiers, a présenté les skippers à la foule. Pourtant, la mésaventure d’Alex Thomson, la veille, aurait pu refroidir quelque peu l’atmosphère. Reste que la volonté farouche du skipper et de son équipe de réparer le bateau force l’admiration de tous. Enfin, la solidarité exprimée par les autres concurrents qui, spontanément, ont proposé un mât de rechange, a encore ajouté à la légende de la course.

Mais « Hugo Boss » et sa magnifique « robe noire » manquaient quand même sur les pontons. Isolé du reste de la flotte et amarré à l’écart des curieux dans le petit port de commerce sablais, il est maintenant entre les mains des experts et des réparateurs.

A quelques encablures, Port-Olona n’avait cure de toutes ces préoccupations. Le port de plaisance était noir de monde et il y avait comme une ambiance de Grand prix automobile, avec groupies et fanfares, calicots et drapeaux. Chaque visiteur pouvait ainsi approcher de près, et en toute simplicité, ces conquérants de l’Everest des mers. Les bateaux étaient pavoisés et décorés et l’heure était à la détente. Même si, désormais, le compte à rebours officiel a débuté.

Enfin, samedi soir, peu après l’inauguration de l’exposition de Titouan Lamazou, les milliers de visiteurs ont pu assister à un spectacle son et lumière dans l’enceinte du port, avec les bateaux du Vendée Globe pour témoins. Et chaque soir, il en sera de même jusqu’à la veille du départ.

Dès ce lundi, l’ambiance sera, si l’on peut dire, un peu plus « studieuse ». Nombre de skippers, tel Yann Eliès avec l’école Sainte-Anne de l’Ile-d’Olonne, ont rendez-vous avec les enfants des écoles de la région qui, chacune à leur tour, viendront les interviewer. C’est désormais une tradition qui fait des petits Vendéens des reporters et des navigateurs en herbe. Décidément, la relève est bien assurée…
Jean-Paul Busnel
Article pour "Le Courrier du Vietnam"

Partager cet article

Repost 0
Published by La crise n'est pas une fatalité
commenter cet article

commentaires