Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Information ou Communication
  • : Jean-Paul Busnel, journaliste et éditorialiste, aujourd'hui intervenant-professeur auprès de grandes écoles, notamment SciencesCom, Centrale, Audencia, EAC, et par ailleurs consultant/expert pour les entreprises, porte un oeil critique sur l'actualité
  • Contact

Citation du jour

sas_titre-1.jpg- Tout Etat libre où les grandes crises n'ont pas été prévues est à chaque orage  en danger de périr.

.

Jean-Jacques ROUSSEAU

Agenda

 

 

Archives

24 novembre 2006 5 24 /11 /novembre /2006 09:59

VIE

Du nord au sud et d’est en ouest, la mort rôde et ne nous épargne pas. Mais entre un espion qui meurt empoisonné par plus agent secret que lui, un homme politique libanais qui « paye » les meurtres de ses aînés, ou les fourberies de l’Histoire, un saltimbanque qui s’en va, nonchalamment, par « arrêt de l’arbitre », il n’y a guère que le choix de la « faux » qui diffère et l’âge, peut-être, qui sépare. Cet âge qui cache souvent bien des misères et des mystères.

Ainsi se termine une triste semaine qui met à mal les certitudes, les cœurs et la raison. Car la mort qui a fait sa moisson est devenue infinie tristesse qui nous laisse désemparés.

La mort ne procède jamais des mêmes causes, mais elle procure les mêmes effets. La mort est « assassine » quand elle tue par milliers, par centaines, par dizaines ou à l’unité, des femmes ou des hommes qui la combattent à longueur d’années. La mort est « impuissante » quand elle prétend tout régler. La mort est importune quand elle nous dérange en pleine activité. La mort est mensongère quand elle est, comme hier, à Beyrouth, prétexte à « rassembler » les communautés.

Mais la mort, cette « amante du soir, envoûtante et mystérieuse », comme dit parfois le poète, ce n’est jamais que la vie ! Avec, parfois, quelques nuances de… gris. Pourtant, écrivait Goethe, « l’image touchante de la mort ne s’offre pas à l’homme sage comme un objet d’effroi, à l’homme pieux comme un dernier terme. Elle ramène le premier à l’étude de la vie et lui apprend à en profiter. Elle présente au second un avenir de bonheur, elle lui donne l’espérance au milieu de ses jours de tristesse. Pour l’un et pour l’autre, la mort devient la vie ». Mais quelle vie ?… La vie brisée d’un supporter du PSG trop excité ? La vie terrorisée des « enfants » du Proche-Orient, d’Irak ou d’Afghanistan, cernés par les bombes, les mines et les « ayatollah » de toute sorte ? La vie déchirée d’un député du Liban qui rêvait d’une autre société ?

Une vie à jamais trop courte pour leurs familles et… pour l’éternité.

Partager cet article

Repost 0
Published by le blog-notes de Jean-Paul Busnel - dans jpbusnel
commenter cet article

commentaires