Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Information ou Communication
  • : Jean-Paul Busnel, journaliste et éditorialiste, aujourd'hui intervenant-professeur auprès de grandes écoles, notamment SciencesCom, Centrale, Audencia, EAC, et par ailleurs consultant/expert pour les entreprises, porte un oeil critique sur l'actualité
  • Contact

Citation du jour

sas_titre-1.jpg- Tout Etat libre où les grandes crises n'ont pas été prévues est à chaque orage  en danger de périr.

.

Jean-Jacques ROUSSEAU

Agenda

 

 

Archives

30 novembre 2006 4 30 /11 /novembre /2006 10:05

Nicolas Sarkozy nous promettait une surprise. Elle n’a pas eu lieu. Non seulement, l’annonce de sa candidature était prévue, mais nul n’a eu besoin d’attendre ce matin pour en lire les raisons dans la presse régionale payante. Cette dernière s’est fait en effet, brûler la « politesse » par Libération qui a publié, dès hier soir, l’interview sur son site internet. Bref, opération communication ratée et, en prime, fureur des journaux de s’être ainsi fait doubler « gratuitement ». Quant aux derniers tenants de l’éthique journalistique, dont Sud-Ouest, ils se félicitent de ne pas être tombés dans le panneau d’une « information » qui n’en était pas une. Plus une…

On peut décidément être, ou vouloir être, un grand homme d’Etat sans savoir s’entourer de conseillers du meilleur choix. Car si ces derniers l’avaient vraiment été, ils auraient dissuadé le candidat éventuel de l’UMP de s’agiter ainsi un jour « anniversaire ». Car, quoique l’on en dise et quoique l’on en pense, les 74 ans de Jacques Chirac méritaient meilleur respect.  Des conseilleurs d’une autre tenue lui auraient soumis quelques idées originales pour prendre de la hauteur et tourner le dos définitivement à la médiocrité ambiante.

Quitte à le laisser se présenter sans vraiment surprendre ni étonner, ils lui auraient suggéré de le faire avec panache. Comme, par exemple,  de grimper au sommet du Mont-Blanc pour s’adresser ainsi aux électeurs, du haut du toit de la France, dévoilant ainsi l’amplitude de son regard et exaltant les vertus de l’effort. Mais tous ces énarques bien-pensants, qui ne connaissent la France que des Champs-Élysées, ont choisi La Boétie et un quarteron de journaux flairant la bonne affaire « exclusive », voire des ventes surmultipliées.

Sur le fond, les propos de Nicolas Sarkozy ont également déçu. On n’en retiendra que cette ambiguë formule de « rupture tranquille » qui sent tout autant la contradiction que la tentative maladroite de rassemblement. Certes, Nicolas Sarkozy dérange et, parfois, effraie. Mais à qui cela peut-il vraiment faire peur ? A tous les délinquants ? A tous les profiteurs du système ? A tous les idéologues des 35 heures ? A tous les spécialistes d’emplois fictifs ? A tous les créateurs d’impôts publics ? A tous les humanitaires des beaux quartiers qui, une fois la porte fermée, prônent l’immigration ouverte dans les cités ? A tous ceux qui pensent que l’on peut indéfiniment raser « gratuit » comme on le fait, à perte, depuis trente ans ?

Tous ceux-là, et bien d’autres encore, ne voteront pas pour lui. Quoiqu’il dise et quoiqu’il fasse. Mais au moins par intérêt, sinon par « politesse », là encore, Nicolas Sarkozy ne devrait pas oublier qu’il peut aussi tenter de conquérir tous ceux qui, à 30% au moins, n’en peuvent plus de ne pas voter ou de voter blanc. Tous ceux qui affirment n’avoir éternellement le choix qu’entre la peste et le choléra. Sans avoir, hélas, complètement tort. Car ce sont ceux-là, finalement, et pas les autres, qui feront… la différence.

Partager cet article

Repost 0
Published by le blog-notes de Jean-Paul Busnel - dans jpbusnel
commenter cet article

commentaires