Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Information ou Communication
  • : Jean-Paul Busnel, journaliste et éditorialiste, aujourd'hui intervenant-professeur auprès de grandes écoles, notamment SciencesCom, Centrale, Audencia, EAC, et par ailleurs consultant/expert pour les entreprises, porte un oeil critique sur l'actualité
  • Contact

Citation du jour

sas_titre-1.jpg- Tout Etat libre où les grandes crises n'ont pas été prévues est à chaque orage  en danger de périr.

.

Jean-Jacques ROUSSEAU

Agenda

 

 

Archives

15 décembre 2006 5 15 /12 /décembre /2006 10:50

Tout le monde est avec Nicolas Hulot ! Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy, François Bayrou, Marie-George Buffet, Dominique Voynet. Tous vont signer le « pacte écologiste » de l’animateur-producteur-journaliste avec une telle unanimité que cela en devient presque risible. Voire suspect. Même Jacques Chirac, qui ne s’est pas encore déclaré officiellement, ne jure que par ce jeune homme de 51 ans qui a tout fait, tout vu, beaucoup raté, mais souvent compris. Quant à Nicolas Dupont-Aignan, l’outsider de l’UMP, il a déjà prévenu qu’il en ferait, s’il gagnait, son ministre de l’Environnement et de l’Equipement.

L’animateur est, il est vrai, éminemment sympathique, mais, surtout, il représente 10% des voix selon un sondage Ipsos-Le Point réalisé au mois de novembre. Il rassemble sur son nom des bulletins de vote potentiels que les grands candidats ne peuvent plus désormais se permettre de perdre ou de négliger. L’écologiste d’Ushuaia « prendrait » ainsi 3% des voix chez Ségolène, 2% chez Nicolas et 1 point chez François. Ce qui peut, bien sûr, faire la différence au premier tour de la Présidentielle.

Les candidats ont compris que l’on ne pouvait plus désormais ignorer quelqu’un qui s’impose en tête des personnalités politiques les plus populaires avec, excusez du peu, 87% d’opinions favorables selon le baromètre Ifop Paris-Match du 07 décembre. Plus fort que Zizou ou l’abbé Pierre.

Nicolas Hulot, lui-même, s’il est honnête, et il l’est bien souvent, n’en revient pas. Celui qui écrivait avec grandiloquence, en 1986, à la veille d’une expédition vers le pôle nord, sur un petit papier au fond d’un tiroir, « si je meurs, c’est Molière qui meurt en scène. Ne pleurez pas », savoure sa bonne fortune du jour. Qui le fait courtiser par les puissants et aduler par les  «sans-grade ». Qui le fait incarner, tel une autre Madone dans un autre registre, l’écologie à l’état pur. Lui le fou de moto et de Formule 1, le parfois « halluciné » de l’extrême, le casse-cou sympathique, le concurrent malheureux d’un Paris-Dakar qui abandonne sa voiture sur place, devient une référence, un exemple, un modèle, un parangon de vertu. Il a, certes, depuis plus de dix ans, trouvé la foi et conquis enfin son royaume, au milieu des gaz à effet de serre et du réchauffement de la planète.

Désormais, ce nouveau Don Quichotte, qui s’agite aux quatre vents, réclame un vice Premier Ministre, une « taxe carbone », et bouscule le paysage politique. Mais, heureux de faire entendre sa voix, il la disperse parfois dans tous les camps, laissant à d’autres le soin de la partager et, surtout de la… compter.

Partager cet article

Repost 0
Published by le blog-notes de Jean-Paul Busnel - dans jpbusnel
commenter cet article

commentaires