Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Information ou Communication
  • : Jean-Paul Busnel, journaliste et éditorialiste, aujourd'hui intervenant-professeur auprès de grandes écoles, notamment SciencesCom, Centrale, Audencia, EAC, et par ailleurs consultant/expert pour les entreprises, porte un oeil critique sur l'actualité
  • Contact

Citation du jour

sas_titre-1.jpg- Tout Etat libre où les grandes crises n'ont pas été prévues est à chaque orage  en danger de périr.

.

Jean-Jacques ROUSSEAU

Agenda

 

 

Archives

17 décembre 2006 7 17 /12 /décembre /2006 10:03

Principe de précaution oblige, les cellules de dégrisement vont bientôt déborder de fêtards alcoolisés, les urgences des hôpitaux vont crouler sous les admissions surnuméraires, les églises et les évêchés vont tenir table ouverte à chaque coup de sonnette. Sinon, la loi, dans toute sa rigueur et son humanité de circonstance, aura vocation à s’appliquer pour peu que le « désespéré » s’en aille noyer son chagrin dans le cours d’eau voisin. Aucun pompier, aucun ambulancier, aucun fonctionnaire de service public, de préfecture ou de mairie ne pourra plus bientôt croiser un « poivrot » sans s’arrêter. Sous peine d’encourir le risque d’être un jour accusé de « non assistance à personne à danger ». Dès lors que l’on reconstituera toutes ses rencontres et tout son emploi du temps par GPS et vidéo interposés.

Certes, on ne parlera pas, comme à Nantes, de « faux témoignage » et de « délaissement », mais le résultat sera le même.

La société doit donc s’habituer à devoir protéger ses membres non seulement contre les autres, mais aussi contre eux-mêmes. Que ce soit à titre définitif ou à titre provisoire. Quitte à multiplier cellules et structures d’enfermement, fourrières pour les voitures et ceux qui les conduisent.

Finalement, l’histoire de ces trois policiers nantais mis en examen pour avoir laissé dans un lieu quelconque « une personne incapable de se protéger compte tenu de son état physique » risque de faire couler beaucoup d’encre, à défaut de faire, en deux mots, « juris prudence ». Car cette catégorie de « personne » fait légion dans la jungle urbaine. Et il n’y a même pas besoin de faire la sortie des bistrots pour les rencontrer. Ce principe, appliqué tout bêtement, aboutira tout bonnement à vouloir désormais interdire les bords de Seine ou de Loire à tous les handicapés, adultes ou enfants, à priver toutes les femmes de jogging au bois à partir de 18 h 30, à démonter tous les jeux d’enfants dans tous les parcs et tous les jardins publics et privés. Pour ne prendre aucun risque.

Reste qu’il y a sûrement un distinguo à faire entre les incapables « structurels » et les incapables « conjoncturels ». Entre ceux que la nature a défavorisé et ceux qui mettent artificiellement leur vie en péril. Mais comment ? Alors que la société peine déjà à distinguer ceux qui n’en peuvent mais de ceux qui… n’en peuvent plus !

Partager cet article

Repost 0
Published by le blog-notes de Jean-Paul Busnel - dans jpbusnel
commenter cet article

commentaires