Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Information ou Communication
  • : Jean-Paul Busnel, journaliste et éditorialiste, aujourd'hui intervenant-professeur auprès de grandes écoles, notamment SciencesCom, Centrale, Audencia, EAC, et par ailleurs consultant/expert pour les entreprises, porte un oeil critique sur l'actualité
  • Contact

Citation du jour

sas_titre-1.jpg- Tout Etat libre où les grandes crises n'ont pas été prévues est à chaque orage  en danger de périr.

.

Jean-Jacques ROUSSEAU

Agenda

 

 

Archives

28 décembre 2006 4 28 /12 /décembre /2006 13:24

Ah l’automédication ! Quel avenir doré, en pilules et en cachets, le gouvernement nous prépare ! A en croire « Le Figaro » d’hier, ce « paradis » de la prescription personnelle serait pour bientôt, en février peut-être. Chacun pourra alors jouer les apprentis-sorciers, les apothicaires de bazar et les médecins de boudoir. Se prescrire « Doliprane » ou autre générique en toute sécurité. Le nom des molécules sera sur toutes les bouches et, au pire, le pharmacien saura les traduire. Internet fera le reste et un petit « clic » sera la meilleure des prises de température. Quant aux symptômes, il y aura toujours une madame Michu, au coin de la rue ou au bout de l’avenue, pour nous les interpréter avec brio et célérité.

Toute la paternité de cette proposition magique en revient à l’ancien Directeur de la haute autorité de Santé qui, dans un rapport à son ministre de tutelle, plaide pour un développement de l’automédication permettant aux patients l’achat de médicaments en pharmacie sans passer par leur médecin. Quelle bonne idée que de permettre ainsi à tous les patients de soutenir, tel Jonathan Swift, que « les meilleurs médecins sont le Docteur Diète, le Docteur Tranquille et le Docteur Joyeux ». Quel meilleur remède contre la grippe, l’angine ou les deux réunis. Et, surtout, quelles économies en puissance pour la Sécu !

Xavier Bertrand a beau préciser qu’il s’agirait seulement de faire cesser le remboursement de médicaments qui ne nécessitent pas, pour des pathologies bénignes, d’avis médical, on a du mal à adhérer à son propos si désintéressé. Le ministre de la Santé a beau affirmer qu’il s’agirait seulement de mieux « encadrer » l’automédication, on est perplexe devant tant de courage et de fermeté. L’envie nous viendrait presque de soupçonner, derrière cette mesure, la volonté de préférer s’attaquer à la santé des uns qu’aux acquis des autres. 

En réalité, et même si cela ne figure pas dans l’étude et dans le projet, chacun comprend fort bien que la Sécu se passerait bien, à terme, des médecins et même, plus tard, des pharmaciens. Que tout irait pour le mieux du monde si les médicaments étaient d’accès facile, en vente libre ou en libre service. Comme les virus et autres bactéries. Fort heureusement, ce « meilleur des mondes » n’est pas pour aujourd’hui. Mais pour… demain.

Partager cet article

Repost 0
Published by le blog-notes de Jean-Paul Busnel - dans jpbusnel
commenter cet article

commentaires