Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Information ou Communication
  • : Jean-Paul Busnel, journaliste et éditorialiste, aujourd'hui intervenant-professeur auprès de grandes écoles, notamment SciencesCom, Centrale, Audencia, EAC, et par ailleurs consultant/expert pour les entreprises, porte un oeil critique sur l'actualité
  • Contact

Citation du jour

sas_titre-1.jpg- Tout Etat libre où les grandes crises n'ont pas été prévues est à chaque orage  en danger de périr.

.

Jean-Jacques ROUSSEAU

Agenda

 

 

Archives

31 décembre 2006 7 31 /12 /décembre /2006 00:30

Le monde soi-disant civilisé n’aura rien trouvé de mieux que de pendre Saddam Hussein haut et court en ce premier jour de la fête musulmane de l’Aïd el-Kébir. Ce ne sont certes pas les Américains qui ont tendu la corde du gibet, mais ils en ont donné l’aval et sans doute précipité l’exécution. Ainsi donc, après une parodie de justice, des avocats de la Défense assassinés à répétition et tout un milliard de vraies-fausses bonnes raisons, le coup de grâce d’une hypothétique réconciliation irakienne a été donné par un sacrilège, une tâche sur une fête religieuse sacrée et consacrée au pardon. Tout en ménageant cependant un peu plus, et ce n’est certainement pas une coïncidence, la communauté chiite qui fête l’Aïd avec un jour de retard. Soit seulement à partir d’aujourd’hui.

Le pays va pouvoir se plonger désormais, se vautrer même, dans la haine ordinaire entre deux communautés ayant chacune leurs martyrs, le Raïs pour les Sunnites et tous les autres pour les Chiites. Quant aux Kurdes, ils sont une nouvelle fois orphelins d’un procès qu’ils réclamaient et d’une tribune qui leur aurait bien servis, tant d’ailleurs pour dénoncer Saddam que leurs voisins Turcs. Tous vont bientôt pouvoir maudire en chœur ces Occidentaux qui leur ont volé leur espérance, leur vengeance ou leur dignité.

Et, comme en écho, ce sont hier, quatre attentats sanglants qui ont salué l’étrange nouvelle, faisant un peu moins d’une centaine de morts dans la ville chiite de Koufa et dans deux quartiers du nord-ouest de Bagdad.

Il est tout de même étrange que, seuls, les Etats-Unis, Israël et l’Iran, ennemis jurés, semblent se réjouir ouvertement de l’exécution du tyran. Les premiers parce qu’ils espèrent peut-être que cette disparition définitive va effacer cinq ans d’erreurs successives sur le terrain, le dernier parce qu’il ne voit désormais plus vraiment d’obstacle désigné à la montée de son fanatisme et de son intégrisme dans cette partie du monde.

Saddam Hussein a sans doute eu ce qu’il méritait, mais il était sûrement plus « utile » vivant que mort, plus dérangeant à vie comme prisonnier pour l’éternité des geôles irakiennes que comme victime sacrificielle. Car, en répondant à la barbarie par la barbarie, la pax americana n’a fait en réalité qu’alimenter, par bêtise interposée et faute de calendrier, le sentiment qu’ont tous les Irakiens de vivre en pays… téléguidé.

Partager cet article

Repost 0
Published by le blog-notes de Jean-Paul Busnel - dans jpbusnel
commenter cet article

commentaires