Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Information ou Communication
  • : Jean-Paul Busnel, journaliste et éditorialiste, aujourd'hui intervenant-professeur auprès de grandes écoles, notamment SciencesCom, Centrale, Audencia, EAC, et par ailleurs consultant/expert pour les entreprises, porte un oeil critique sur l'actualité
  • Contact

Citation du jour

sas_titre-1.jpg- Tout Etat libre où les grandes crises n'ont pas été prévues est à chaque orage  en danger de périr.

.

Jean-Jacques ROUSSEAU

Agenda

 

 

Archives

1 janvier 2007 1 01 /01 /janvier /2007 00:02

Bonne année ! Puissions-nous tout oublier de 2006, jusqu’au discours convenu de Jacques Chirac, hier soir, pour repartir enfin du bon pied ! Et aborder l’année nouvelle avec un tas de bonnes résolutions. Comme ne plus fumer, par exemple, avant que la loi ne nous l’interdise. Comme ne plus dépasser la vitesse autorisée avant qu’un PV ne nous sanctionne. Comme, enfin, travailler à la sueur de son front, avant que « les 35 heures » ne nous fassent crier grâce.

Chacun attend beaucoup de 2007. Des allocations, des promesses et du pouvoir d’achat. Du travail, moins d’impôts, moins d’Etat et des retraites. Reste à savoir ce que chacun est prêt à donner en échange. Un peu de temps, de la solidarité et de la citoyenneté ? Ce ne serait pas si cher payé finalement. Si encore, chacun prenait l’engagement, ce matin, au-dessous du gui, après la bise aux enfants et aux grands-parents, d’aller voter au printemps. Au deux tours de scrutin, bien sûr. Et pas « blanc », bien évidemment, puisque cela ne sert à rien et n’est même pas comptabilisé. Alors là, ce serait vraiment une bonne année. Une très bonne année. Qu’importe d’ailleurs le Président élu. Car il faudra bien qu’il gouverne au centre s’il veut rassembler.

Rassembler, le mot est à la mode. Il fait même peur tellement il est à la mode. On l’entend crier de tous côtés, depuis des lustres et une éternité, mais on ne voit rien venir. C’est pour « demain » peut-être. Pour quand les enfants seront grands. Pour quand la gérontocratie politique française aura « fait ses valises ». Pour quand « les poules auront des dents » comme on l’apprend à l’école. A quelle école ? Celle de la République ou celle des cités ? Celle où l’on rackette ou celle où l’on voudrait tous aller, sans carte scolaire ou carte d’identité ? Celle où l’on n’apprend plus à lire, mais à « fumer » et à jouir, enfin pour ceux qui le peuvent encore, ou celle toute mélangée des chef-lieu de canton, faite d’humilité et d’ancestrales traces de doigt sur les tableaux ? Parlons d’autre chose…

Car 2007, c’est déjà beau comme l’espoir et long comme l’espérance. Rien que de prononcer le dernier chiffre sept ne peut présager rien de mauvais. Il symbolise tous les jours de la semaine et les pétales de rose. Il est tout à la fois la clé de l’apocalypse et de l’Evangile selon Saint-Jean. Mais s’il n’était que cela, ce millésime 2007 serait bien pauvre. L’année 2007 est plus qu’un chiffre, plus qu’un Champagne qui pétille, plus qu’un numéro de funambule. C’est aussi tout un programme. Il ne reste plus qu’à le… demander.

Partager cet article

Repost 0
Published by le blog-notes de Jean-Paul Busnel - dans jpbusnel
commenter cet article

commentaires