Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Information ou Communication
  • : Jean-Paul Busnel, journaliste et éditorialiste, aujourd'hui intervenant-professeur auprès de grandes écoles, notamment SciencesCom, Centrale, Audencia, EAC, et par ailleurs consultant/expert pour les entreprises, porte un oeil critique sur l'actualité
  • Contact

Citation du jour

sas_titre-1.jpg- Tout Etat libre où les grandes crises n'ont pas été prévues est à chaque orage  en danger de périr.

.

Jean-Jacques ROUSSEAU

Agenda

 

 

Archives

10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 11:57

Tout est désormais très clair. Dominique de Villepin et Jean-Louis Debré feront tout ce qui est en leur possible pour faire perdre Nicolas Sarkozy. Le premier ne cache pas d’ailleurs qu’il se verrait bien confier un poste d’ambassadeur juste avant ou après l’élection présidentielle. Au pire, il donnerait des cours de relations internationales. Quant au second, il lorgne sur la place de président du Conseil Constitutionnel, même s’il s’en défend. Dès lors, sans soucis du lendemain, quel que soit ou quelle que soit  « le » vainqueur du scrutin, ils multiplient peaux de banane et chausse-trappes, déclarations assassines et sous-entendus affligeants.

C’est la revanche du serpent à plumes dirait Coluche. Les deux fidèles de Jacques Chirac n’ont jamais digéré la trahison de certains avec la candidature d’Edouard Balladur. Ils n’aiment pas non plus les manières à la hussarde d’un Nicolas Sarkozy qui n’est issu ni du sérail, ni de la basse administration. Enfin, pour eux, mettre un « Hongrois » à la tête du pays, c’est un peu trahir les institutions. Et ils préfèrent aujourd’hui risquer de faire perdre leur camp que de perdre leur âme en soutenant quelqu’un qui les a humiliés, négligés ou attaqués en justice. « Les hommes du Président » se jouent ainsi un film dans lequel ils volent la vedette à l’acteur principal qui ose s’attaquer à leur maître vieillissant. Quant à Jacques Chirac, il regarde benoîtement ce jeu d’échec, au-dessus de la mêlée soi-disant, mais, en réalité, étroitement impliqué, « coupable » d’attiser le feu alors qu’il pourrait facilement l’éteindre.

Pourtant, cette « haine » ordinaire, cette politique de la « terre brûlée » commencent à agacer dans les rangs de l’UMP qui voient s’approcher la date des élections, Présidentielle et Législatives, avec une légitime inquiétude. Et ils l’ont fortement manifesté, hier, lors de leur bureau politique, à l’Assemblée. Chaque député, chaque ministre sait en effet que tout est lié et qu’une défaite à l’un des scrutins risque bien d’engager l’autre.

Heureusement, l’effet Juppé est venu contrebalancer quelque peu l’effet désastreux de cette querelle au sommet. L’ancien Premier ministre , qui vise à retrouver une place, toute sa place, sur l’échiquier politique français, a ainsi fait preuve d’un pragmatisme certain en ralliant hier Nicolas Sarkozy. Les deux hommes sont certes très différents, mais aucun n’est assez fou pour refuser de collaborer ensemble. Reste à savoir si cela sera… suffisant.

Partager cet article

Repost 0
Published by le blog-notes de Jean-Paul Busnel - dans jpbusnel
commenter cet article

commentaires