Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Information ou Communication
  • : Jean-Paul Busnel, journaliste et éditorialiste, aujourd'hui intervenant-professeur auprès de grandes écoles, notamment SciencesCom, Centrale, Audencia, EAC, et par ailleurs consultant/expert pour les entreprises, porte un oeil critique sur l'actualité
  • Contact

Citation du jour

sas_titre-1.jpg- Tout Etat libre où les grandes crises n'ont pas été prévues est à chaque orage  en danger de périr.

.

Jean-Jacques ROUSSEAU

Agenda

 

 

Archives

24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 07:45

Le prix de l'essence augmente. Toujours et encore. Mais personne ne dit trop rien dans une sorte de fatalisme ambiant. Tout juste entendons-nous dire que c'est la faute à la révolution en Libye. Et, avant elle, à celle de la Tunisie ou de l'Algérie. A l'Egypte aussi. Bref, à toutes ces agitations en Afrique du Nord et au Moyen Orient qui ne font pas mieux qu'affoler nos traders "favoris". Et tous ces derniers n'en finissent pas de trembler à l'envi en jouant de la souris à la hausse. Ils sont inquiets. Forcément.... Ce sont des inquiets permanents.

Car ils l'étaient déjà en septembre dernier. Pour la rentrée des classes.... En octobre. Pour... les premières neiges. Forcément. Ils ne savaient pas comment le monde entier allait réagir . Finalement, toutes nos petites poussées de fièvre, nos premiers boutons d' acné, nos récoltes, notre manque de blé, nos premières flambées stressent à l'extrême toutes ces jeunes pousses des marchés financiers.

Et personne ne dit trop rien alors que, depuis un an, le prix de l'essence n'a cessé d'augmenter. TIPP et TVA prennent toujours leurs 60% au passage et c'est un vrai bonheur pour le budget. Le budget de l'Etat s'entend. Pas seulement... Celui des régions de gauche et des départements de droite aussi car une part de la TIPP sert aujourd'hui à financer la décentralisation. Et cette part augmente à chaque coup de pompe.

Et puis, il n'y a guère que les ménages modestes qui habitent loin de leur lieu de travail, qui n'ont pas de voitures de fonction, qui payent le car pour que les enfants aillent à l'école, qui ne trouvent pas un loyer accessible dans les centre-ville. Et les "modestes", ils ne disent rien non plus. Cherchons l'erreur.... 

Partager cet article

Repost 0
Published by La crise n'est pas une fatalité
commenter cet article

commentaires