Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Information ou Communication
  • : Jean-Paul Busnel, journaliste et éditorialiste, aujourd'hui intervenant-professeur auprès de grandes écoles, notamment SciencesCom, Centrale, Audencia, EAC, et par ailleurs consultant/expert pour les entreprises, porte un oeil critique sur l'actualité
  • Contact

Citation du jour

sas_titre-1.jpg- Tout Etat libre où les grandes crises n'ont pas été prévues est à chaque orage  en danger de périr.

.

Jean-Jacques ROUSSEAU

Agenda

 

 

Archives

11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 10:47
Il se passe pour la grammaire française ce qui s’est déjà passé, il n’y a pas si longtemps, pour la lecture. Les enseignants jurent qu’ils n’y sont pour rien si les Français conjuguent mal et que, finalement, tout va pour le mieux dans cette matière. On en sait un peu plus, heureusement, depuis la remise, en 2007, du rapport Bentolila au ministre de l’Éducation. Hélas, nous ne voyons toujours pas venir les réformes promises

Mais, il ne fait plus aucun doute pour personne, aujourd'hui, sauf pour quelques attardés, que les jeunes élèves « s’attachent » désormais moins au phrasé et à la forme de leurs écrits. À tel point que l’on se demande parfois s’ils ont appris un jour ce qu’était le « complément d’objet direct placé avant » et s’il est toujours d’actualité de ne pas faire de phrases sans verbe. 
Être ou savoir, telle est toujours la question de conjugaison dans les familles, mais beaucoup moins, semble-t-il, sur les bancs de l’école. 
Il suffit de lire les lettres de demande de stages ou d’emploi, les cartes postales envoyées aux grands-parents ou les dissertations d’avant ou d’après-bac pour « apprécier » le vent de liberté qui s’est abattue sur la grammaire de nos aînés. Au point presque de détruire l’oeuvre de
Jules Ferry qui voulait, en généralisant la pratique scolaire de la grammaire, « unifier » l’orthographe au sein de la Nation. 
Hélas, il y a, sous notre latitude, autant de réformateurs que d’enseignants qui, sous prétexte d’intelligence, en oublient les règles de base et les fondamentaux. 
Aujourd’hui, si l’on en juge par les livres mis à disposition de nos chères têtes blondes, il est devenu iconoclaste de dire qu’un nom sert à nommer, qu’un pronom c’est « pour le nom » et que « un participe passé s’accorde en genre et en nombre avec le mot auquel il se rapporte si ce mot est placé avant ». Car c’est vouloir faire trop simple là où il est de bon ton de complexifier.
 

Les résultats sont là. Et les faits aussi, honteusement précis et tristement douloureux. 
Aujourd’hui, à la fin du CM2 (la dernière classe du cycle d'approfondissement qui précède l'entrée
au collège) en France, le quart des élèves ne sait pas lire. Et la majorité d’entre eux ne maîtrise ni l’orthographe, ni la grammaire, ni les conjugaisons. Sans parler du reste. 
Il faut donc en finir une bonne fois pour toutes avec certains idéologues qui professent que c’est « l’élève qui construit lui-même ses savoirs ». Car, faute de structures pour eux-mêmes, ces « éducateurs » inversent les facteurs pour les autres. 
Le linguiste Alain Bentolila les connaît bien pour les avoir déjà dénoncés depuis de longues années. Il sait tout le mal qu’ont pu causer tous ceux qui font des « rappeurs » de nouveaux Baudelaire, s’émerveillent devant la pseudo-culture des cités et le langage « fleuri » des quartiers.
La grammaire, la simple grammaire, celle des débutants et des laborieux, celle des besogneux et des méritants, celle de nos pères et de nos enfants, attend un peu plus de... vertu.
 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La crise n'est pas une fatalité
commenter cet article

commentaires