Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Information ou Communication
  • : Jean-Paul Busnel, journaliste et éditorialiste, aujourd'hui intervenant-professeur auprès de grandes écoles, notamment SciencesCom, Centrale, Audencia, EAC, et par ailleurs consultant/expert pour les entreprises, porte un oeil critique sur l'actualité
  • Contact

Citation du jour

sas_titre-1.jpg- Tout Etat libre où les grandes crises n'ont pas été prévues est à chaque orage  en danger de périr.

.

Jean-Jacques ROUSSEAU

Agenda

 

 

Archives

9 janvier 2007 2 09 /01 /janvier /2007 08:18

Hugo Chavez, adoubé par tous les intellectuels de gauche comme le nouveau Castro, va jusqu’au bout de sa logique. Il a annoncé hier la nationalisation des entreprises d’électricité et de télécommunications. Et ce n’est sans doute pas fini puisqu’il veut récupérer le contrôle de l’ensemble des secteurs stratégiques, pétrole compris. Le président vénézuélien, qui prêtera serment demain pour un nouveau mandat, en principe le dernier, vise en fait à transformer radicalement le paysage national pour en faire un pays socialiste entièrement « dédié » à son image.

Hier, il a déclaré être « tout à fait dans la ligne de Trotski, la révolution permanente » et ce n’est pas le moins inquiétant. Chacun sait en effet ce qu’il advint des régimes communistes, de tous les régimes communistes à l’exception de la Chine, de Cuba et de la Corée du Nord. Il a également réclamé au Parlement des pouvoirs spéciaux et tout laisse à penser qu’il demandera prochainement une révision de la Constitution. Hugo Chavez a désormais franchi une nouvelle étape. Il cite volontiers Marx et Lénine pour se voir présenter comme le nouveau Simon Bolivar, comme l’homme qui va réinventer le socialisme du XXIème siècle. Quitte à bouleverser les institutions, à se proclamer rééligible à vie et à dilapider « à tout va » la manne pétrolière. Reste que, si la méthode est populiste, la recette est populaire. La pauvreté, voire même l’extrême pauvreté, n’a pas disparu, mais le peuple peut se procurer des aliments à prix « solidaire » et des médicaments gratuits.

L’ex-lieutenant-colonel va parfois jusqu’à réécrire sa biographie et tenter d’effacer des mémoires son coup d’Etat de 1992 contre le président social-démocrate de l’époque Carlos Perez. Il se réinvente ainsi une histoire comme s’il cherchait à entrer dans la légende. Pourtant, s’il veut réussir, Il lui faudra aussi s’attaquer à la criminalité, à la corruption et à l’incompétence qui ruinent plus sûrement son pays que les Etats-Unis qu’il vilipende quotidiennement. Mais, pour l’instant, Hugo Chavez est entré tout entier dans le culte de la personnalité. Et cela n’a jamais été synonyme de… liberté.

Partager cet article

Repost 0
Published by le blog-notes de Jean-Paul Busnel - dans jpbusnel
commenter cet article

commentaires